Ruben Saillens

Publié le

 

1855 (24 juin) : Naissance à Saint-Jean-du-Gard.

1857 (2 décembre): décès de sa mère Émilie (née Guigou), à Marseille. Ruben retourne à Saint-Jean-du-Gard.

1863 : Ruben Saillens retrouve son père Auguste, remarié, à Marseille.

1868 : arrivée de la famille Saillens à Lyon, où Auguste Saillens devient évangéliste de l'Eglise évangélique libre. Ruben Saillens, âgé de treize ans, entre au Crédit Lyonnais.

1870 (guerre franco-prussienne): Ruben Saillens s'engage dans la première ambulance lyonnaise, qui s'occupe pendant trois mois des blessés de l'armée Bourbaki.

1871 : conversion de Ruben par la prédication de l'évangéliste Eck.

1871-1873 : grande activité de Ruben Saillens dans les U.C.J.G. à Lyon.

1873-1874 : études bibliques à Londres (East London Institute) auprès de Henry Grattan Guinness.

1873 (Noël) : premier contact avec MacAll pendant des congés.

1874 (Été) : entrée au service de MacAll. Ruben Saillens écrit, adapte ou traduit ses premiers cantiques pour la Mission.

1876 : service militaire à Marseille.

1877 (1er août) : mariage avec Jeanne Crétin, dans la chapelle du « Château des Ombrages » à Versailles.

1878 (16 août) : naissance d'Émile Saillens (fils aîné).

1878 (octobre) : fondation de la Mission de Marseille et du Littoral.

1879 (18 août) : consécration pastorale de Ruben Saillens sous les auspices des Églises Libres, par le pasteur Louis Guibal, à Saint-Jean-du-Gard

1879 (28 décembre) : naissance de Marguerite Saillens (aînée des filles), à Marseille.

1880 : fondation de l'École pratique d'évangélisation Félix Neff.

1881 (27 avril) : naissance de Madeleine Saillens.

1883 : Ruben Saillens rejoint la Mission MacAll dont il devient à Paris l'un des directeurs adjoints. Formation de la Mission Populaire par la fusion de l'oeuvre MacAll et de sa Mission de Marseille

1883 : premier voyage aux États-Unis au titre de la Mission MacAll. Ruben Saillens est reçu à la Maison Blanche par le président Arthur.

1883 (22 septembre) : naissance de Louise Saillens.

1884 (décembre) : composition, à la demande du pasteur Guibal, des paroles de La Cévenole (d'abord découpées en dix strophes de quatre vers)

1885 : publication de Nos droits sur Madagascar et nos griefs contre les Hovas impartialement examinés, avec préface de Frédéric Passy, qui recevra en 1901 le premier prix Nobel de la Paix. Ruben Saillens est violemment pris à partie à l'Assemblée Nationale par le député François de Mahy (1830-1906).

1885 (23 août) : la Cévenole est chantée pour la première fois en public, à Saint-Roman-de-Tousque. La musique est désormais celle de Louis Roucaute, « passé dans l'été à Saint-Jean », et les strophes sont regroupées par deux.

1888 (juillet) : signature par R.S., Adoniram J. Gordon (1836-1895) et Robert W. MacAll du protocole de constitution d'une Église baptiste dont Ruben Saillens sera le pasteur

1888 (16 décembre) : premier culte de l'Église dite « de la rue Saint-Denis »

1888 (fin d'année/début 1889) : controverse avec Léon Tolstoï, dont Ruben Saillens découvre qu'il a plagié son récit Le Père Martin. Tolstoï présente ses excuses.

1888 : Ruben et Jeanne Saillens prennent en charge la rédaction des journaux (quakers à l'origine) l'Ami de la Maison et du Rayon de Soleil. Première édition des Récits et Allégories.

1889 (13 janvier) : inauguration de la chapelle du 133 rue Saint-Denis.

1890 (25 mai) : naissance de Jean Saillens.

1891 : Ruben Saillens rencontre C.H. Spurgeon (1834-1892).

1892 : Ruben Saillens se sépare de la Mission MacAll.

1892 : deuxième voyage aux États-Unis (centenaire de William Carey).

1893 (12 janvier) : décès à La Fère (Aisne) du beau-père de R.S., le pionnier baptiste Jean-Baptiste Crétin.

1893-1895 : crise profonde dans le baptisme français. Ruben Saillens devient le rédacteur de l'organe de presse de la dénomination, l'Echo de la Vérité.

 

1895-1907 : constitution progressive de l'Association baptiste franco-suisse, dont Ruben Saillens est le représentant auprès des instances baptistes américaines

1898 : transfert de l'Église baptiste au 61 rue Meslay.

1898 : Ruben Saillens associe son nom (comme rédacteur de l'Écho de la Vérité) à une pétition en faveur de la révision du procès du capitaine Dreyfus, et milite en ce sens dans l'Ami de la Maison et l'Écho de la vérité.

1900 : fondation, sous la présidence de Thomas Spurgeon (fils et successeur de C.H. Spurgeon), du Saillens Auxiliary (comité anglais de soutien) à Londres.

1902 : édition du deuxième volume de récits de R.S., les Contes du dimanche.

1904 : Ruben Saillens renoue avec la Mission MacAll (comme membre du Comité directeur)

1904 : grande campagne de Réveil à Genève

1905 : R.S. renonce au pastorat sédentaire au profit de l'itinérance. Il continue de prêcher une fois par mois dans l'Église qu'il a fondée.

1905 (février) : voyage d'étude au Pays de Galles avec sa fille Marguerite.

1905 (juillet) : Ruben Saillens participe au congrès fondateur de l'Alliance baptiste mondiale.

1906 (29 avril) : Décès de son père Auguste Saillens (75 ans), à Saint-Jean-du-Gard.

1907 (été) : première convention chrétienne à Chexbres.

1910 : l'Église de la rue Meslay est transférée au 48 rue de Lille.

1910 (été) : la convention de Chexbres se déplace à Morges.

1911 : première convention de Paris.

1912 (15 janvier - 30 avril) : convention et « Institut Biblique de Paris »

1913 : Ruben Saillens abandonne toute fonction officielle dans l'Association baptiste franco-suisse.

1914-1918 : soutien matériel procuré par un millionnaire américain d'origine alsacienne, le Général Miller, fondateur de la « Galena Oil Company ».

1914 (mai-juin): immense succès de la convention de Nîmes.

1916 : série de conférences au Metropolitan Tabernacle de Londres. Saillens est présenté comme « the Spurgeon of France ».

1916 : publication, directement en anglais, de The Soul of France par Morgan and Scott (le livre connaîtra deux éditions).

1918 : troisième voyage aux États-Unis, avec Jeanne et leur fille Louise.

1920 (15 octobre) : fondation de l'Union des chrétiens évangéliques.

1921 (octobre) : ouverture d'un Institut Biblique à Nogent-sur-Marne. L'immeuble est acquis l'année suivante.

1921 : Ruben Saillens quitte le comité de la Mission MacAll pour divergence doctrinale, se retire également du comité des Unions Chrétiennes de Jeunes Gens.

1921 : l'Église fondée par R.S. prend le nom d'Église du Tabernacle, à l'exemple de l'Église amie de Londres.

1922 (6 août) : Ruben Saillens prêche à l'Assemblée du Désert

1928 : rebondissement de l'« affaire Tolstoï / Saillens » dans la presse nationale (Journal des Débats, etc.)

1929 (30 novembre) : décès de son gendre et collaborateur Arthur Blocher (époux de Madeleine)

1931 : publication du Mystère de la foi.

1931 (octobre : rentrée 1931/1932) : recrutement de Jules-Marcel Nicole comme professeur de l'Institut Biblique.

1932 (octobre : rentrée 1932/1933) : premiers cours dispensés par Jacques A. Blocher à l'Institut Biblique.

1933 (26 décembre) : décès de son gendre (et mécène) Gustave Wargenau (époux de Marguerite).

1937 : inauguration de la chapelle évangélique de Nogent.

1939 : départ pour le Nid Fleuri (près de Saint-Usage dans l'Aube), puis pour Condé-sur-Noireau, accueilli par la famille de Madame Émile Saillens née Germaine Galland.

1941 (7 octobre) : décès de Jeanne Saillens.

1941 (décembre) : dernier sermon prêché à l'Église réformée de Condé-sur-Noireau (Calvados).

1942 (5 janvier) : décès dans la maison de la rue Gasté à Condé, à 14 heures. Ruben Saillens transmet dans son testament la direction de l'Institut Biblique à Louise Saillens, assistée de Jules-Marcel Nicole et Jacques-A. Blocher.

Publié dans trombinoscope

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article